2019/2018 / 2017  
 

Actualités du CNGOF



Les Brèves 54 du CNGOF (avril 2019)

Télécharger les brèves 54 du CNGOF


Journées Pari(s) Santé Femme à Paris du 29 au 31 janvier 2020
UNE ALLIANCE DE 15 SOCIÉTÉS SAVANTES POUR LA SANTÉ DES FEMMES
15 associations du médical et du paramédical vous donnent rendez-vous le 29, 30 et 31 Janvier 2020 à Paris pour le 1er Congrès Scientifique annuel qui rassemble toutes les professions autour de la santé des femmes :
Médecins, chercheurs, sages-femmes, infirmières, kinésithérapeutes, psychologues, sexologues, internes et étudiants ...


25 juin 2019
L'écho des gynécos
1er épisode : la fausse couche, un mal banal

"La fausse couche est la première cause de consultations aux urgences gynécologiques. Courante, elle reste néanmoins méconnue. Fréquente, elle reste souvent banalisée. Pourtant, elle demeure une douleur intense, intime, morale et physique. Blessures silencieuses, les fausses-couches engendrent encore souvent incompréhensions, honte et isolement chez de nombreuses femmes."
Intervenants (dans l'ordre):
Dr Marie Bornes, gynécologue obstétricienne Maternité Hôpital Tenon à Paris
Témoignage: Manuela
Jacques Gellis, historien de la naissance, professeur émérite à l'Université Paris 8
Stacey Callahan, professeur de psychopathologie, Université de Toulouse


06 juin 2019
Académie nationale de Médecine - Séance de 18 septembre 2018
De la bientraitance en obstétrique. La réalité du fonctionnement des maternités.
RÉSUMÉ
Au fil des années, les actions visant à améliorer la sécurité de la naissance ont porté leurs fruits ; les morbi-mortalités maternelle et périnatale ont diminué de façon spectaculaire. Cependant, ces excellents résultats sont tempérés par de nombreuses critiques concernant l’hétérogénéité des pratiques et des carences manifestes dans l’accompagnement humain de la naissance. Dans ce rapport, nous décrivons la réalité du fonctionnement des maternités tout en faisant état des motifs d’insatisfaction exprimés par les patientes. Nous proposons des axes d’amélioration : meilleure formation des soignants, meilleure information des femmes et leur famille, harmonisation des pratiques, modification du fonctionnement des maternités, en insistant sur la nécessaire implication des usagers dans l’élaboration des projets de service. Ces propositions pourront servir de support aux actions à entreprendre progressivement dans chaque maternité afin d’améliorer la qualité des soins.

Télécharger l'article complet en format PDF


06 MAI 2019
Alexandre BENACHI
Sur Medscape : Test prénatal non invasif par ADN foetal libre circulant dans le sang maternel

Auteur : Dr Alexandra Benachi, MD, PhD - Vice-Présidente du CNGOF

Pour consulter ce vidéo en français cliquez sur ce lien (vous devez vous inscrire sur Medscape) :
https://www.medscape.org/


03 avril 2019
Désinfection des sondes d’échographie endo-vaginales :
Le ministère des Solidarités et de la Santé a fait paraitre le 15 Mars 2019, une mise à jour des recommandations précisant la procédure de désinfection des sondes endo cavitaires (https://solidarites-sante.gouv.fr/soins-et-maladies/qualite-des-soins-et-pratiques/securite/article/prevention-des-risques-d-infection-associes-a-l-utilisation-des-sondes-d
Ce texte intervient après plusieurs mois de travail et de concertation avec les sociétés savantes concernées.
Au CNGOF, nous avons défendu de longue date, une désinfection de niveau intermédiaire (DNI), associant :
- Désinfection des mains,
- Désinfection de la sonde entre chaque examen,
- utilisation de gel en flacon jeté tous les soirs,
- usage pour chaque examen, de gants à usage unique et de protecteurs de sonde épais et agrées,
- utilisation de lingettes virucides agrées et spécifiques contre l’HPV ou de procédés de désinfection semi-automatiques (le choix est laissé à l’appréciation du médecin responsable de l’examen),
- enfin, désinfection à la fin de chaque examen de l’environnement immédiat : clavier de l’échographe, câbles, table d’examen.
Nous vous adressons en pièce jointe le poster de désinfection que vous pouvez afficher dans votre salle d’examen : il a été conçu par la Commission d’Echographie du Collège en collaboration avec le CFEF.
Nous espérons que le spectre de l’HPV ne sera plus brandi par les associations des consommateurs ou par les fabricants de machines de désinfection semi-automatisée.
Le CNGOF a toujours fait confiance dans l’attention et le soin que porte chacun de ses membres à l’asepsie des gestes endo-cavitaires.
Le choix - lingettes spécifiques ou machines de désinfection - appartient à chacun d’entre nous et à chacun des services hospitaliers concernés, et peut être expliqué clairement à nos patientes ; il est maintenant conforté par la recommandation ministérielle qui va dans ce sens.
Jean-Marc Levaillant
Président de la Commission d’Echographie du CNGOF

Télécharger la fiche élaborée par le CNGOF à propos de la désinfection des sondes d'échographie endovaginale (format PDF)


29 mars 2019
Cancer du sein : après 74 ans, le dépistage reste indispensable, contrairement aux idées reçues

* La conférence de presse du 29 mars 2019

* Intervention du Président du CNGOF, Professeur Israël NISAND (vidéo)

* Intervention de la Présidente de la commission sénologie du CNGOF, Dr Carole MATHELIN (vidéo)

* L'affiche (format PDF téléchargeable) : Cancer du sein : après 74 ans, le dépistage reste indispensable, contrairement aux idées reçues

* Dossier de presse - Dépistage du cancer du sein chez la femme âgée (format PDF)


25 MARS 2019
Communiqué du CNGOF sur l’IVG
Le Collège National des Gynécologues & Obstétriciens Français, à la suite de son conseil d’administration du 22 mars 2019 rappelle à l’unanimité que l’IVG constitue depuis près de 45 ans un droit des femmes à part entière qui ne peut en aucune manière être remis en question par quelque revendication catégorielle que ce soit. Dans les pays où l’IVG est illégale les femmes en meurent. Ce droit des femmes s’exerce avec l’aide pratique des médecins, gynécologues-obstétriciens, gynécologues médicaux et médecins généralistes ainsi que des sages-femmes pour l’IVG médicamenteuse. Cette prise en charge s’effectue dans le respect de la clause de conscience inhérente à tous les actes médicaux et, dans notre pays, son respect n’obère en rien le droit des femmes à disposer de leur corps.

Le Collège National des Gynécologues & Obstétriciens Français a édicté des recommandations pour la pratique clinique en 2016 qui constituent désormais la référence de la pratique médicale dans ce domaine. Réunissant des praticiens d’exercice libéral et public, le Collège National des Gynécologues & Obstétriciens Français est attaché à la continuité des soins pour les femmes et à la disponibilité des équipes pour assurer, dans le confort et la sérénité, une prise en charge de qualité tant sur le plan physique que psychologique.

Tous les services publics de gynécologie obstétrique ainsi que de nombreux spécialistes d’exercice libéral ont à cœur de contribuer à ce que les femmes en demande d’IVG puissent l’obtenir, sans délai, dans de bonnes conditions cliniques en respectant le choix des femmes sur la technique utilisée.

Le CNGOF condamne avec vigueur les menaces qui ont pu être émises sans aucune concertation préalable sur l’exercice de ce droit des femmes dans notre pays.


22 MARS 2019
Dans le cadre de la réalisation des RPC sur la RAAC, le CNGOF réalise une enquête sur les pratiques de la RAAC en chirurgie gynécologique et obstetricale.
Pourriez-vous répondre à ce questionnaire en ligne ?
https://framaclic.org/h/etat-des-lieux-rac
Pr Henri-Jean Philippe et Dr Arthur Foulon
13 mars 2019
Communiqué de presse
Le Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français, société savante de la spécialité, tient à souligner officiellement qu’il ne s’associe en rien à la menace de grève des IVG proférée par le SYNGOF (Syndicat national des gynécologue et obstétriciens de France).

Cette menace est en contradiction avec toutes les règles déontologiques, mais aussi avec les principes mêmes des gynécologues-obstétriciens qui ont choisi, par vocation, d’aider les femmes dans toutes les circonstances qui requièrent nos compétences. Il rappelle que rien ne peut obérer ce droit fondamental des femmes dans notre pays, quelle que soit l’importance de l’enjeu. Le choix de cette menace est considéré par le CNGOF comme totalement inacceptable et inapproprié. Bien que le problème assurantiel de certains gynécologues-obstétriciens soit considérable et jamais assumé à sa juste hauteur par les pouvoirs publics, il est, pour le CNGOF, hors de question de faire subir aux femmes de France - de quelque manière que ce soit - les conséquences de l’inaction gouvernementale sur ce sujet. Service

Service de presse et de communication
Marie-Hélène Coste



Service de presse et de communication
Marie-Hélène Coste



15 février 2019
LYMPHOMES ANAPLASIQUES A GRANDES CELLULES ASSOCIES A UN IMPLANT MAMMAIRE - AVIS D’EXPERTS
Depuis l'apparition d'un premier cas diagnostiqué en France en 2009, les lymphomes anaplasiques à grandes cellules associés à un implant mammaire (LAGC-AIM) sont surveillés par une action nationale concertée entre le ministère chargé de la santé, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et l'Institut national du cancer (INCa). Une confirmation du diagnostic est assurée par le réseau national labellisé anatomopathologique des lymphomes (LYMPHOPATH).
Dans ce contexte, et suite à la saisine de la Direction Générale de la Santé, l'avis d'experts coordonné depuis 2011 par l'INCa concernant les conduites à tenir auprès des femmes porteuses d'implants mammaires (IM) vient d'être mis à jour.
>> Télécharger l'avis (PDF)


25 janvier 2019
Communiqué de presse du CNGOF

Accouchement par voie basse ou césarienne programmée ? SIM 37, une méthode onéreuse et sans bénéfice ou intérêt prouvés

Paris, le 25 janvier 2019 - La méthode SIM 37 prétend prédire, pour les couples qui le désirent, à l’aide de l’imagerie par résonnance magnétique, les chances d’accouchement par voie basse. Elle permettrait ainsi de savoir à l’avance si un accouchement par voie basse est possible ou si programmer une césarienne serait pertinent pour éviter les traumatismes maternels ou néonataux liés à l’accouchement.
Interpelé à propos de la méthode SIM 37, le Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français (CNGOF) souligne l’absence de preuves scientifiques justifiant de proposer cette méthode aux femmes enceintes.
>> Lire la suite


23 janvier 2019
La Haute Autorité de la Santé (HAS) publie une fiche Information patient sur le Dépistage Prénatal Non Invasif (DPNI) de la trisomie 21 DPNI et trisomie 21
Consulter cette fiche d'information de patient

22 janvier 2019
Dispositifs médicaux du traitement des prolapsus pelviens et de l’incontinence urinaire : Compte rendu de la réunion de concertation du 22 janvier 2019 - Point d'information
L’ANSM a organisé le 22 janvier 2019 une réunion de concertation sur le traitement des prolapsus pelviens et de l’incontinence urinaire entre les patients, les associations de patients, les professionnels de santé (urologues, gynécologues, médecins généralistes, sages-femmes, kinésithérapeutes) et les autorités de santé (Direction Générale de Santé, Haute Autorité de Santé, Direction Générale de l’Offre de Soin).
A l’issue de cette journée, des pistes d’actions ont été partagées afin de mieux encadrer l’utilisation de ces dispositifs médicaux implantables et plus globalement la prise en charge des prolapsus pelviens et de l’incontinence urinaire, et garantir ainsi la sécurité des patients à chaque étape du parcours de soin.

>> Télécharger le Compte rendu

15 janvier 2019

ANSM rappelle que la tériflunomide (Aubagio, Sanofi) ne doit donc pas être prescrit pendant la grossesse

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) fait un point sur la prescription de tériflunomide (Aubagio, Sanofi), et rappelle en particulier que ce traitement de la sclérose en plaques (SEP) présente des effets tératogènes et embryotoxiques et ne doit donc pas être prescrit pendant la grossesse.

En outre, il possède une cinétique particulière, faisant que le tériflunomide peut persister de 8 mois à 2 ans dans l'organisme même après l'arrêt du traitement. En conséquence, en cas de désir de grossesse chez une patientes sous tériflunomide, ou de survenue d'une grossesse non planifiée, le traitement par Aubagio doit être arrêté et une procédure d'élimination (protocole spécifique à base de colestyramine ou de charbon actif) accélérée doit être entreprise.

Ce rappel fait suite à la publication récente des résultats d'une étude de cohorte qui a rapporté un nombre trop élevé de femmes enceintes exposées à ce médicament. Réalisée par la plateforme de pharmacoépidémiologie PEPS à Rennes, cette étude, menée à partir des données du Système national des données de santé, a inclus 44 008 femmes en âge de procréer atteintes de SEP, entre le 1er août 2014 et le 31 décembre 2016. Elles ont été réparties en 3 groupes selon leur traitement : tériflunomide, interférons ou acétate de glatiramère, ou aucun traitement. Les analyses ont montré que 2 639 grossesses ont été recensées durant cette période ; et parmi elles 47 dont les femmes ont été exposées au tériflunomide. Pour les 47 grossesses, la procédure d'élimination accélérée n'avait pas été réalisée ou de manière incorrecte (durée insuffisante ou tardive).
Sources :
Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), 15 janvier 2019.


10 janvier 2019
Professeur Michel Delecour
Le CNGOF rend hommage au Professeur Michel DELECOUR
Le professeur Michel Delecour est décédé le 6 janvier 2019 dans sa 94e année. Reçu au concours de l’internat en 1947 il est nommé Maître de conférence et Praticien hospitalier en 1963. Il exercera toute sa carrière jusqu’à sa retraite en 1993 au CHU de Lille  en tant que Chef de service de la Maternité Henri Salengro.
Il a, avec clairvoyance et un sens aigu de l’organisation, créé une école de rayonnement national et international accompagnant voire anticipant les progrès de notre spécialité en obstétrique avec la surveillance fœtale, l’échographie, le diagnostic antenatal puis la médecine fœtale, le rapprochement de l’obstétrique et de la néonatalogie. En gynécologie il conduisit son équipe au développement de la médecine de la reproduction, la cœlioscopie, la cœliochirurgie  et l’intégration de l’oncologie.
Il participa à la promotion menée par le professeur Jacques Varangot d’une spécialité chirurgicale de gynécologie et obstétrique indépendante, dont le socle fut la création en 1971 du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français. 
Dès sa conception, le CNGOF eut pour objectifs l’organisation de la profession, la formation post-universitaire, la reconnaissance par les pouvoirs publics.
Il s’investira avec son équipe dans la formation d’universitaires dans plusieurs états de l’Afrique de l’Ouest, du Maroc et de la Tunisie.
Michel Delecour sera entre 1981 et 1984, après Roger Henrion, le quatrième président du CNGOF.
Avec ses compagnons de la première heure Pierre Muller, Michel Chartier, Henri Serment, Robert Gandar, Roger Henrion, nous lui sommes redevables de l’évolution toujours en pointe de la gynécologie-obstétrique, de la volonté de rassembler tous les aspects de notre discipline, d’être l’interlocuteur des instances politiques et sanitaires en charge de la santé des femmes.
Jusqu’à ses derniers jours, il s’intéressa à notre spécialité et ses problèmes pour prendre la défense de ceux qui en subissaient les conséquences.

Francis Puech - Président d’honneur du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français